Coccinelle et Clémentine

... et autres personnalités d'une schizophrénie naissante

09 mai 2009

On ne connaît plus les parents des copains

2179121221_4030f0b37a_o
Rural school children, San Augustine County, Texas (@Library of Congress)

Quand on était petits, et qu'on voulait appeler une copine (ou un copain, mais ça arrivait quand même très rarement), il y avait tout un tas de difficultés et d'épreuves à traverser.
D'abord, si c'était pour une conversation privée, où on risquait de dire des choses que maman ou papa ne pouvaient pas entendre, il fallait aller dans une cabine. A pièces. Trouver donc un prétexte pour sortir. Au centre-ville.
Une fois là-bas, il valait mieux connaître le numéro par cœur. Sinon, tu te retrouvais à appeler le 12 et à noter les renseignements de ta main gauche sur un papier graisseux.
Quand tu appelais, il y avait peu de chance que ce soit ta copine qui décroche. Il fallait donc identifier ton interlocuteur, et c'était d'autant plus ardu que ta copine avait deux petits frères à la voix encore fluette, et que, une fois sur deux, ça ne loupait pas : "Allô Mme Florin ?" "Non, c'est François".
Mais en général, tu tombais sur la maman (plus rarement le papa), tu devais paraître aimable et fréquentable, polie, sans pour autant perdre trop de temps.
Parfois évidemment tu n'avais plus de pièces et tout dépendait de si tu avais eu le temps de donner le numéro de la cabine à ta copine, et là tu attendais la sonnerie stridente, alors qu'une mémé revêche attendait à l'extérieur, avec un air à t'envoyer à la maison de redressement dans la minute.

Vers la fin du mois, il fallait essuyer les engueulades liées à la note de téléphone, et, le mois suivant, redoubler d'ingéniosité pour pouvoir se parler sans avoir le père Florin, derrière, au chambranle de la porte, en train d'engueuler ta copine et de la sommer de raccrocher.

Le soir parfois quand on se voyait alors, on imaginait des stratagèmes qui pourraient rendre possibles des communications privées, où on pourrait se parler à n'importe quelle heure et sans intermédiaire.
On reliait des gobelets en plastique par des ficelles et on se parlait dedans, émerveillées et pensant avoir trouvé la solution du siècle, avant de se rendre compte qu'effectivement, d'une maison à l'autre, ça devenait compliqué.

Les petits d'aujourd'hui ont mille solutions, du texto au portable en passant par msn.
Mais mine de rien, je ne regrette pas complètement cette époque. Quand tu appelais avec le trac de tomber sur Mme Pouscul qui faisait un peu peur, quand tu allais à des goûters d'anniversaire sous la houlette de Mme Dubois, que tes parents s'arrangeaient avec les Pommier pour que ce soient eux qui aillent te chercher ce jour-là à l'école, et qu'il fallait passer tout un trajet en voiture avec eux...
Connaître les parents des copains, parfois, ça ouvrait une réelle fenêtre de compréhension. C'était normal qu'Aline soit aussi bizarre, avec les parents amish qu'elle avait. C'était normal que Fleur soit aussi gentille et aussi humble, avec les parents adorables mais pauvres à la Ingalls qu'elle avait. C'était normal que Mathieu soit un petit con avec ses parents chirurgiens catho famille nombreuse avec piscine et serre-tête.

Aujourd'hui les copains que je me fais, je ne connais pas leurs parents. Soit ils en sont loin, soit on ne les voit pas. Parce que maintenant, ce sont eux les adultes. Et franchement ça me manque. Quand par hasard je rencontre les parents d'un ami "de l'âge adulte", je suis fascinée. La ressemblance. Tous les indices qui t'expliquent tellement de trucs sur le comportement de leur enfant. Et puis, je ne sais pas. L'impression d'être plus proches. Il y a des gens dont les problèmes et les "défauts" peuvent s'expliquer et se justifier par un seul coup d'œil sur leurs parents. Alors bien sûr, il y a aussi tous ceux qui sont bien contents de ne plus avoir l'ombre de leurs parents sur leur vie, pour des raisons diverses. Moi, quand j'ai déménagé de ma petite ville pour ma ville universitaire, tout à coup ça m'a fait bizarre, de ne plus être reconnue partout comme la fille de M. et Mme K. Au départ, j'ai ressenti une certaine liberté. Je pouvais ENFIN faire des conneries, sécher les cours, sans m'attirer la morale de mes profs. Et puis à force, ça m'a manqué. Désormais c'est fini, je suis encore plus loin. Mais ça me manque.

Ce mélange de honte totale et de fierté, d'appartenance, qui se produit quand tes copains rencontrent tes parents.

Tapoté par coxetclem à 14:15 - 10 gentil(s) commentaire(s) - Permalien [#]

Commentaires

    J'ai la chance de vivre pas loin de mes amis et du coup, je rencontre de temps en temps leurs parents, j'aime bien aussi apprendre à les connaître. (mais bizarrement mes amis ne connaissent pas mes parents, un peu comme ton amie Aline... les Amish n'aiment se mélanger). Pour les cheveux ça s'atténue après plusieurs shampoings, j'ai fait la même expérience ya pas longtemps. Et je suis fan de Belle & Sebastian, Arcade Fire et She & Him of course. Merci beaucoup pour les places, elles sont arrivées à bon port aujourd'hui Bon week-end à toi!

    Tapoté par caro, 09 mai 2009 à 22:19
  • J'aime beaucoup cette réflexion, c'est qu'avec le temps on ne connaît les parents des autres que par ce qu'ils en disent, mais on arrive toujours par en parler (surtout quand on est expat on a pas mal tendance à tout se raconter façon biopic accéléré)... Et c'est vrai que ça en dit long, d'ailleurs des fois ça rapproche d'apprendre que telle amie a le même genre de relation avec sa mère que toi (par exemple).
    Je serais curieuse de te voir en rousse tiens !

    Tapoté par Blythe, 09 mai 2009 à 22:38
  • J'adorais connaitre les parents de mes copines, y'en a qui me laissaient les tutoyer et tout et que je suis toujours ravie de croiser de temps en temps.
    Des amis que je me suis faite adulte à part des parents rencontrés rapidement lors de mariages, je ne connais finalement les parents que d'une seule personne. C'est vrai que quand on grandit les parents rentrent beaucoup moins en compte et je trouve ça dommage aussi. Moi j'aime les parents.

    Et sinon à la maison c'était toujours moi qui répondait au téléphone, j'adorais ça, et d'ailleurs c'est marrant quand j'étais à MBZ l'été dernier j'ai repris l'habitude en 2 jours sans m'en rendre compte. La préposée au téléphone c'est moi!

    Et même foncé le le roux t'allait bien!

    Tapoté par Tink Again, 10 mai 2009 à 10:16
  • @caro : Tu as de la chance...
    De rien pour les places, je suis soulagée, ma poste est un peu pourrie en ce moment.

    @Blythe : Tu as de la chance aussi, je parle assez rarement de mes parents à mes "nouveaux amis"... Je ne sais pas pourquoi. Il faut peut-être que je change de pays !

    @Tink Again : Toi tu connais les meilleurs parents du monde, tu es la plus chanceuse ici )
    J'aurais détesté répondre au téléphone chez moi, je détestais le téléphone en fait, à part avec quelques rares copines...
    Merci pour le roux (mais on voyais pas très bien je crois)

    Tapoté par Stella K, 10 mai 2009 à 13:06
  • Excellent article, très juste.
    Moi j'ai toujours été mal à l'aise avec les parents des autres, je crois que je projetais toujours ce que représentaient mes parents sur les parents des copains et j'étais toujours dans la flippe (alors que je flippe pas autant des miens).

    Je me rends compte que je suis assez content de plus avoir à fréquenter les parents de mes amis. Je vis plus zen et comme tu dis, ça participe au fait d'être, à notre tour, les adultes.
    Du coup, quand je vois les parents d'un pote, j'ai l'impression d'être redevenu un enfant tout honteux, timide. Brrrrr.

    Tapoté par Khan, 10 mai 2009 à 14:55
  • LOL faut pas pousser non plus. Et puis c'est différent, ce sont pas des parents de copains juste comme ça quoi... hum...

    Pour le roux on voyait moins bien qu'en live mais un peu quand même!

    Tapoté par Tink Again, 10 mai 2009 à 23:03
  • J'y pensais il y a peu, vu que j'ai pas mal d'amis qui sont devenus des parents. C'est tellement vrai ce que tu dis, le karma se transmet de génération en génération mais on a toujours la possibilité de faire évoluer les choses.
    J'ai hâte de voir tes cheveux! (C'est important les cheveux, même pour une fille ^^)

    Tapoté par Josaudio, 11 mai 2009 à 10:11
  • J'aime beaucoup les histoires que tu raconte en début d'article... mais je n'ai jamais connu ces histoires de cabine téléphonique.

    Tapoté par Noony, 14 mai 2009 à 09:34
  • Le roux est un bon choix (j'y pensais depuis longtps et je l'ai fait, je n'ai pas regretté (mais là je suis revenue au naturel car ma CB n'aimait pas aller chez le coiffeur tous les mois))

    Tapoté par Mélanie, 16 mai 2009 à 23:57
  • @Josaudio: Je doute que tu voies mes cheveux en l'état, de toutes façons c'est quasiment disparu déjà...

    @Noony: oui, ce sont des histoires de petite provinciale de classe moyenne !

    @Mélanie: oui, c'est le problème. J'en faisais des "maison" de temps en temps, là j'ai choisi la voie de la coiffeuse en espérant que ça dure plus longtemps... et en fait non. C'est bien dommage.

    Tapoté par Stella K, 21 mai 2009 à 15:14

Vous êtes arrivés là soit par hasard, soit par un vilain dérapage manuel, soit pour lire les commentaires existants, soit pour en écrire un vous-même. S'il s'agit de la dernière solution, ne prenez pas peur, et tapotez quelques mots, de vos doigts les plus doux, dans le gentil formulaire ci-dessous...