Coccinelle et Clémentine

... et autres personnalités d'une schizophrénie naissante

08 août 2010

He'll beat his wings 'til he burns them black

3926783052_a210dbf07e_b
Wallace "Whitey" Wolf, a Mechanic for the City Sweeps Out the Repair Garage ..., 10/1974 (@ The US National Archives)

Bon alors voilà, j'ai fait du ménage ici.
Viré les fioritures de la bannière, viré la radio, viré le widget last.fm (parce qu'il y a un moment quand même où il faut se rendre compte que ça n'intéresse personne), corrigé quelques articles, supprimé d'autres, remis en ligne des brouillons, bref, là aussi je ne me fais pas d'illusion sur l'intérêt somme toute très limité de ces modifications, et c'est exactement la raison pour laquelle je ne les détaillerai pas.

J'allais me lancer sur un message haineux et amer contre la blogsphère telle qu'elle a évolué ces dernières années et sur l'ennui (au mieux) que ça m'inspire, mais comme je ne vaux pas mieux, et même que j'y participe, c'est un peu inutile d'alimenter encore un peu ma schizophrénie.

Par rapport au message d'avant, eh bien oui, je n'ai pas échappé aux 99% et on ne m'a pas laissé partir. Et mine de rien ça m'a filé un coup, j'ai même pleuré dans les toilettes comme dans les séries américaines. Mais j'ai réattaqué, quelques mois plus tard, et cette fois, mon directeur a compris que ça ne servait plus à rien de me retenir, et je vais enfin pouvoir quitter ce département en déliquescence qui me porte sérieusement sur le système et use le peu d'énergie qui me reste. Bon, normalement j'aurais dû partir dans 3 semaines et finalement je dois encore attendre un peu, mais au moins la lumière est là, au fond, pas trop trop loin. Je reste au Vaisseau - j'y suis encore trop attachée et j'y trouve encore trop d'intérêts, depuis le logement (pas "de fonction", hélas, on est dans la vraie vie, mais un logement "à prix normal" et "à surface normale", c'est déjà ça) à la distance maison-boulot (faisable à pied en moins d'une demi-heure) en passant par l'odeur des vieux livres et les manuscrits rarissimes (que je ne vois que très rarement mais parfois quand même).

Alors voilà, la semaine je travaille toujours encore et plus et trop, je suis claquée, j'ai mal partout, et le week-end je récupère en zombifiant devant Buffy (que je me refais intégralement, et non je n'ai pas honte, c'est trop bien - et ça me rappelle mes années de glande) en jouant de temps à autre "The Moth" au ukulélé.

Mais je ne désespère pas de passer un de ces jours à un mode de vie un peu plus épanouissant.

[Évidemment pour vraiment sortir de cette dynamique il faudrait que j'arrête de travailler, mais malheureusement je crains que ça ne soit pas pour demain...]

Tapoté par coxetclem à 22:21 - 5 gentil(s) commentaire(s) - Permalien [#]

Commentaires

    J'aurais quand même bien aimé lire ce coup de gueule contre la blogsphère. Il y a peu de temps, je suis retombé sur des vieux blogs que je lisais il y a très longtemps (le moyen âge des blogs) et franchement, c'était mieux avant (oui, même pas peur d'utiliser cette expression).
    Heureux de voir que ça s'arrange dans ton travail.
    Read you later!

    ps: Buffy, c'est excellent!

    Tapoté par Mick Kelly, 09 août 2010 à 03:47
  • Bon courage jusqu'au changement, et yeah pour Buffy ;o)

    Tapoté par Marlène, 09 août 2010 à 23:52
  • Oui, je veux aussi le coup de gueule, ça m'intéresse...

    Tapoté par Le Pingouin, 11 août 2010 à 07:48
  • Bon et bien vivement le changement de poste alors... et je comprend bien ton besoin de retrouver un poste plus épanouissant, au bout d'un moment, cela devient juste vital. Contente que tu restes aussi sur le même lieu de travail, la première fois que je l'ai vu, ça m'avait fait pensé à Jurassic Park et yeaah pour Buffy!

    Tapoté par caro, 11 août 2010 à 14:58
  • Non non, vous n'arriverez pas à me faire basculer dans la haine !

    Je regrette simplement l'époque où on préférait le beau au joli, le message pour dire quelque chose au message quotidien obligatoire. Et puis la faim de commentaires était déjà une plaie, mais maintenant, la faim de cadeaux et autres rémunérations diverses est assez pesante aussi ! Et puis je regrette l'époque où je n'avais pas l'impression de lire des journaux féminins pourris en lisant des blogs de nanas. Argh. Illettrées en plus pour certaines (enfin j'exagère).
    Et puis tout ça manque de style, nom de dieu ! :-p

    Bref, voilà. Je chéris les derniers survivants de cette époque... mais ils disparaissent les uns après les autres.

    Tapoté par coxetclem, 11 août 2010 à 20:42

Vous êtes arrivés là soit par hasard, soit par un vilain dérapage manuel, soit pour lire les commentaires existants, soit pour en écrire un vous-même. S'il s'agit de la dernière solution, ne prenez pas peur, et tapotez quelques mots, de vos doigts les plus doux, dans le gentil formulaire ci-dessous...