Coccinelle et Clémentine

... et autres personnalités d'une schizophrénie naissante

08 février 2012

Words are flowing out like endless rain into a paper cup

4481069519_55497dae64_oAmsterdammers versieren hun woning / Dutch people decorating their houses (@ Nationaal Archief)

L'interface de Canalblog a encore changé depuis ma dernière connexion ici.
En revanche, ce blog est toujours là, toujours orange, toujours un peu doux comme un truc qu'on aurait longtemps poli, longtemps frotté.

Quand je le vois j'ai l'impression quelques secondes qu'il n'est plus à moi, et puis je me souviens. Et je me sens bien, j'aime bien les polices, les espaces, les colonnes, à l'ancienne.

Dans le panneau d'administration, des dizaines de brouillons, agonisant, certains gigotent encore, d'autres plus trop, mais il suffit de les titiller avec le bout d'un bâton, et, ah oui, mais oui, c'est vrai, c'est vrai, cette chose-là.

Les mots, les mots, les mots, ils se bousculent sans cesse dans ma tête et brûlent de devenir corps, de devenir pixels ou encre, de s'imprimer, de se fixer, mais trop de canaux, ma pensée s'éparpille en dizaines de supports, il y a les mots pour mon blog ciné, il y a les mots pour Twitter, il y a les mots pour le site de cinéma, il y a les mots pour cette histoire, cette histoire que j'emporte avec moi tous les matins, ce petit garçon, sa famille, que leur arrive-t-il, qui est-elle, comment vais-je l'écrire, en combien de chapitres, il y a les mots pour les messages que je n'écris pas, les mots pour les lettres que je n'écris plus. Et puis, comme d'habitude, les mots pour ici. Cette petite place hors de tout, qui n'a absolument aucun but. Aucun objectif. Aucun destinataire. Des mots perdus, qui atterrissent ici comme une pluie sans fin dans une tasse en papier. Je ne saurais exprimer à quel point cette phrase correspond à cela. Bientôt je ne viendrai ici que pour écrire à quel point je veux écrire et combien cet endroit m'est précieux.

Résolutions. Écrire plus, quelque soit le support, je le comprends maintenant, m'aidera à écrire plus partout. Aider ce petit garçon, surtout. Qui va finir par grandir avant que j'aie le temps de raconter son histoire.

 

Tapoté par coxetclem à 19:35 - 0 gentil(s) commentaire(s) - Permalien [#]

Commentaires

Vous êtes arrivés là soit par hasard, soit par un vilain dérapage manuel, soit pour lire les commentaires existants, soit pour en écrire un vous-même. S'il s'agit de la dernière solution, ne prenez pas peur, et tapotez quelques mots, de vos doigts les plus doux, dans le gentil formulaire ci-dessous...