Coccinelle et Clémentine

... et autres personnalités d'une schizophrénie naissante

05 novembre 2008

World Wide Interlude

Je crois que je me rappellerai toujours ce matin-là, il y a 8 ans, où, dans mon petit studio d'étudiante d'alors, je me suis réveillée avec les infos à la radio (c'était l'époque où je me réveillais encore avec la radio) qui annonçaient le nom du nouveau président des Etats-Unis.
Si j'avais eu un blog à l'époque, j'aurais écrit à quel point cette nouvelle m'avait terrassée. Le plus étrange était que la politique et moi ça faisait deux, voire trois à l'époque, encore plus que maintenant ; et pourtant, j'avais reçu un véritable coup de massue. L'impression que le monde venait de prendre un tournant qu'il n'aurait jamais dû prendre, qu'il existait un monde parallèle ou Al Gore était vainqueur, et c'était dans ce monde-là que je voulais aller.
Ma journée et les jours qui avaient suivis avaient été incroyablement sombres et pesants, comme si une catastrophe venait de se produire. J'étais engluée dans un désespoir infini, et j'avais l'impression d'y être absolument seule. Tout le monde semblait résigné, si facilement. Moi, j'attendais, heure après heure, que cette histoire de décompte débouche sur quelque chose de positif, que le monde se redresse.

Il ne s'est jamais redressé.

Quatre ans plus tard, c'était l'incrédulité. Comment, pourquoi pouvait-il être élu à nouveau ? Pour autant, j'étais alors anesthésiée. C'était dur, mais je n'y pouvais rien.
Tout comme le soir où le dernier président de la République Française a été élu. Je n'y croyais pas, je n'arrivais pas à comprendre comment cet extrémiste sournois que, j'en avais l'impression, tout le monde détestait quelques mois auparavant, avait réussi à emporter les suffrages.
Mais rien n'a jamais été si fort que ce jour de novembre 2000, et celui de décembre qui venait sceller le cercueil.

Aujourd'hui, je ne vais pas dire que le monde va changer, d'un coup, comme ça. Les dégâts sont trop installés, trop en profondeur. D'ailleurs, même les supporters UMP les plus débiles "soutiennent" ce nouveau président américain. Donc pour la révolution, on repassera...
Mais c'est au moins la sortie effective de ces années où j'ai eu l'impression de vivre sous l'effet du chloroforme qu'on m'avait asséné ce jour-là. Peut-être que ce sera un réveil généralisé, et alors, peut-être...

Tapoté par coxetclem à 20:01 - 1 gentil(s) commentaire(s) - Permalien [#]

Commentaires

    Je suis un peu comme toi et je tente un peu de modérer les personnes qui m'entourent et qui pensent que le monde va changer. Je pense que c'est une vraie page d'histoire qui à été écrite et un pas dans la bonne direction mais un pas seulement...

    Tapoté par Mick Kelly, 07 novembre 2008 à 20:35

Vous êtes arrivés là soit par hasard, soit par un vilain dérapage manuel, soit pour lire les commentaires existants, soit pour en écrire un vous-même. S'il s'agit de la dernière solution, ne prenez pas peur, et tapotez quelques mots, de vos doigts les plus doux, dans le gentil formulaire ci-dessous...