Coccinelle et Clémentine

... et autres personnalités d'une schizophrénie naissante

31 mars 2008

Un peu du pourquoi

En disant tout haut mon âge l'autre soir, j'ai encore une fois été prise au piège de l'Angoisse, celle qui me fait penser que ma course vers la mort est bel et bien entamée, que rien ne l'arrêtera, et que je vais avoir de moins en moins le temps de savourer les moments présents.
Il y a 10 ans j'avais 18 ans, je vivais indépendante depuis plus d'un an, je n'étais pas forcément sentimentalement très équilibrée mais enfin je savais que j'avais encore toute la vie devant moi. Professionnellement j'étais plutôt dans le flou, dans la non-envie (à part le rêve d'être une sorte d'actrice-scénariste internationale), mais j'étais étudiante, avec ce que ça suppose comme liberté intellectuelle, comme temps libre, comme curiosité de tout, comme ouverture entière et pleine sur le monde.
Aujourd'hui ce serait idiot de dire que ma situation est plus mauvaise puisque c'est faux. Tout est mieux, tout est plus rassurant, l'instabilité a fait place à un début de plénitude.

Mais parfois, il suffit d'un rien, d'une réminiscence, par exemple celle de l'heure du bain, il y a plus de 20 ans, le dimanche soir, après Cat's Eyes et avant Benny Hill, à l'époque où je pouvais tenir entière dans la baignoire sans avoir à plier le moindre membre, où quelques bateaux et quelques playmobils suffisaient à créer un océan tumultueux où les aventures étaient sans limites et où mon esprit d'enfant partait, loin, très loin, derrière les montagnes de mousse et les tourbillons de la bonde, où j'étais un dieu tout-puissant, glissant contre les parois et rendant tout possible, où chaque minute était élastique et extensible à l'infini. Aujourd'hui je regarde le bout de mes doigts fripés par l'eau, détail qui me fascinait petite et qui aujourd'hui m'inquiète vaguement : est-ce que ce sera à ça que je ressemblerai, des pieds à la tête, quand je serai vieille ?

Tant d'instants perdus que j'ai envie de retranscrire par les mots, pour ne pas les perdre, pour ressentir un peu d'un pouvoir illusoire contre cette fin inexorable. Mais j'aurais aussi aimé avoir davantage écrit sur le moment, pour retrouver plus tard la sensation intacte, ou presque. Alors voilà, ici parfois je dis juste un peu de ce quotidien inintéressant à tous sauf à moi. Pourquoi ici, je ne sais pas, il y a probablement un peu d'exhibitionnisme, et aussi la croyance que ceux que ça n'intéresse pas du tout peuvent passer leur chemin. Pour éviter aussi que, quand le jour sera venu pour moi d'écrire à nouveau "pour de vrai", mes mots soient parasités par des considérations nombrilistes et égocentriquement affligeantes. L'un n'empêchera peut-être pas l'autre. Mais je revendique haut et fort ce droit à la frivolité et à la médiocrité. Ce qui ne compte pas pour vous comptera pour moi... C'est, ça aussi, égocentrique et affligeant, mais malheureusement assez vrai.

C'était un peu du pourquoi.

De toutes façons si Canalblog continue à nous inonder de Google Ads comme ça il se peut que je m'évapore dans la nature, moi, mes coccinelles et mes clémentines.

PS pour Laetitia et ceux que ça pourrait intéresser : http://www.billetreduc.com/20421/evt.htm

Tapoté par coxetclem à 21:09 - 3 gentil(s) commentaire(s) - Permalien [#]
Tag(s) vaguement en rapport : ,

Commentaires

    Ben...a vrai dire je viens de passer la soirée avec deux amis à se souvenir du "bon vieux temps"...alors du coup ta note accompagne très bien l'état d'esprit dans lequel je suis la tout de suite. En fait, je dirais même que cet état d'esprit et une seconde nature chez moi. Je regrette infiniment l'insouciance de cette époque (moi aussi j'avais presque 18 ans il y a 10 ans).

    Même si j'ai un peu changé d'avis sur les blogs depuis que j'ai fait connaissance avec eux, je trouve que c'est toujours une sorte de "rencontre" avec quelqu'un. Même si c'est virtuel et tout, on entre dans l'univers d'une personne, dans sa vie. De l'autre coté de l'écran (in real life), je prends ce que les gens veulent bien partager avec moi. C'est la meme chose ici. Bref, meme si c'est frivole, que ça n'a pas la meme valeur pour nous lecteurs que pour toi, j'ai quand meme envie de lire tes mots!
    (En meme temps, je n'ai jamais trouvé médiocre ce que tu ecris depuis que je te lis)
    Sinon, j'espere (égoistement) que lorsque tu parles de t'evaporer avec tes coccinelles, c'est juste de te trouver une autre maison, hein? Dis, tu partirais pas? (^_^) <-- oui, regarde tout les auteurs de blogs n'ont pas la chance d'avoir des lecteusr qui dessinent des petits bonhomme!

    Tapoté par Mick Kelly, 31 mars 2008 à 22:59
  • merci beaucoup pour le lien..

    je lis ce billet aujourd'hui, jour de mes 26ans..
    et hier j'ai pensé au jour qui passe et qui me font vieillir mais aussi grandir mon fils...

    des bisous pour toi

    Tapoté par laetitia, 01 avril 2008 à 13:00
  • @Mick Kelly: oui, ce serait juste une autre maison (mais aujourd'hui les pubs semblent calmées ici...). Si je partais je t'emmènerais avec moi, je serais trop bête de laisser partir un lecteur aussi bienveillant.

    @laetitia: oui avoir un enfant doit encore enrichir ces perspectives, j'imagine...

    Bises à vous deux.

    Tapoté par Stella K, 01 avril 2008 à 13:49

Vous êtes arrivés là soit par hasard, soit par un vilain dérapage manuel, soit pour lire les commentaires existants, soit pour en écrire un vous-même. S'il s'agit de la dernière solution, ne prenez pas peur, et tapotez quelques mots, de vos doigts les plus doux, dans le gentil formulaire ci-dessous...