Coccinelle et Clémentine

... et autres personnalités d'une schizophrénie naissante

20 mars 2008

Une étoile dans mes coquillettes

022

[Une étoile noire, même.]

A part ça, j'y suis presque arrivée, aujourd'hui. L'alignement était presque parfait, une lumière qui s'élève, les jonquilles de la terrasse qui ondulent doucement, des petites réparations de livres avec mon matériel tout neuf, et Rita qui mange des biscuits avec un petit bruit agréable, son clic de souris qui est tellement comme il faut que je vais finir par en piquer une, et derrière, le doux parfum de BigIsa, et GentilFreddy qui vient me parler doucement... Et pourtant non. Je l'ai senti affleurer, chercher le chemin de ma nuque, mais il n'est pas venu.

Tous mes collègues sont des sortes de copies de gens que j'ai connus auparavant. Mes collègues de l'Aquarium étaient, en tout cas, uniques en leur genre, ou, probablement, de futurs référents pour tous les collègues que j'aurai dans les années à venir.

Quand j'étais petite, j'étais assez frappée par les odeurs de mes amis. Quand je jouais avec quelqu'un, je sentais précisément son odeur. Et quand il m'arrivait d'aller chez lui, j'étais émerveillée de voir que sa maison sentait comme lui. Emerveillée mais un peu inquiète de cette odeur étrangère : pourquoi ça sent différent chez les autres ? Je rentrais chez moi et ça ne sentait rien. Plus tard, quand j'ai compris que cette odeur venait, en grande partie, de la lessive utilisée dans la famille, tout s'est un peu brisé. Et puis, plus tard encore, quand j'en suis venue à choisir moi-même la marque de ma lessive, j'ai essayé de faire attention à cette odeur, cette odeur que je finirais par ne plus sentir, mais qui deviendrait un petit bout de mon odeur, de ce que mes futurs amis sentiraient sur moi. J'ai rencontré des garçons, qui sentaient l'odeur de leur maman, ou de leur amie, ou les deux, et je les ai fait sentir comme moi. J'ai changé de lessive. Pour trouver le meilleur échantillonnage possible.

L'odeur du savon Dove au concombre qui propulse six mois en arrière, le souvenir de cette douche après la trentaine d'heures d'avion, la descente de l'avenue, et pouf, comme si de rien était, Tink dans son manteau blanc.
L'odeur du parfum de mon ragazzo, quelques secondes après pulvérisation. Les réveils en milieu d'après-midi, les déjeuners-goûters et sa peau sucrée, et l'attirance sans limites.
L'odeur des protège-cahiers, de la colle Cleopatra, de l'encre violette, le goût des crayons pastels que je mouillais sur ma langue. Les stylos Reynolds bleus qui bavaient.
Le goût des coquillettes.
J'ai avalé l'étoile sans faire attention...

Tapoté par coxetclem à 23:37 - 4 gentil(s) commentaire(s) - Permalien [#]
Tag(s) vaguement en rapport : , , ,

Commentaires

  • Voyage en amnesie

    tttccchhheeee.....tttccchhhheeee....je suis ton pere.
    Quand il est question d'etoile noire, il y a forcement un asmathique en tenue de superhero en deuil dans le coin!
    (on a les referencs qu'on a je sais...)
    Sinon, pour etre un peu plus serieux, tu ecris vraiment avec une sensibilité qui me fait dire qu'on (dans ce cas, je) est bien ici. A te lire.
    Et tu a milles fois raison! Moi aussi quand j'etais gosse cette difference d'odeur d'une maison a l'autre, d'une famille ou d'un ami a l'autre m'a marquée. Une autre chose dont je me souviens un peu du meme ordre, c'est les habitudes qui varient d'une famille a une autre pour des details commme boire le café dans un verre alors que chez moi c'etait des tasses, ce genre de choses.
    Sur ce, a bientot!

    Tapoté par Brett, 21 mars 2008 à 06:12
  • Que j'aime bien venir ici tu sais..vraiment !
    Ca me fais penser à des choses que j'avais oublié..où auxquelles je pense aussi

    " Manque" à Paris ? Quand ? Parceque bon faut partager ce genre d'info tu as raison

    je pat'embrasse

    Tapoté par Laetitia, 26 mars 2008 à 21:35
  • oups

    le "pa" dans je t'embrasse je sais pas pourquoi il est là dans mon commentaire ^^

    Tapoté par laetitia, 26 mars 2008 à 21:38
  • L'odeur de l'école

    Si, si, ça me dit toujours (de laisser un commentaire). Et l'odeur de l'école, tu la connais ? C'est l'odeur transportée par les enfants qui rentrent de l'école. Moi, j'aime pas. Je leur dis : « Ça sent l'école. ». Ils n'aiment pas... Mes souvenirs sont olfactifs. Presque exclusivement. Parfois, c'est trop. Une odeur, et hop... des souvenirs. Incontrôlable. Incontournable.

    Tapoté par Cerise, 24 mai 2008 à 17:36

Vous êtes arrivés là soit par hasard, soit par un vilain dérapage manuel, soit pour lire les commentaires existants, soit pour en écrire un vous-même. S'il s'agit de la dernière solution, ne prenez pas peur, et tapotez quelques mots, de vos doigts les plus doux, dans le gentil formulaire ci-dessous...