Coccinelle et Clémentine

... et autres personnalités d'une schizophrénie naissante

26 juin 2007

inutile de s'en faire

J'ai ce truc un peu bizarre, certains jours, c'est de miser la qualité de la journée à venir sur celle de la sélection des morceaux par mon Ipod lancé en mode aléatoire.
Certains font des réussites, c'en est une version paresseusement musicale.
Et ce matin, alors que j'allais attendre un bus, j'ai eu le tiercé gagnant Deathly [Aimee Mann] - Dirty Mind [The Pipettes] - Gin-Soaked Boy [The Divine Comedy] - et les deux suivantes étaient chouettes aussi, mais je ne me souviens plus.

Quelques minutes plus tard je pénétrais dans la station Olympiades, propre et souriante, ouverte et lumineuse comme un coquillage gentil. Devant cette gentille station, aujourd'hui et demain, des gens gentils distribuent un ticket magique, qui est gratuit. Ouais. Un gentil ticket. Même qu'il sera collector après, m'a dit la fille à qui je l'ai d'abord refusé - rapport à ma possession de Carte Orange et aux besoins des plus démunis.

Alors, assise dans le métro doux pour aller plancher 4 heures sur un concours - un autre -, je me suis dit que je n'avais pas à m'inquiéter finalement, que tout ça, c'était du flan, que je pouvais bien le rater, ce concours - pas celui-là, l'autre -, que ce n'était pas bien grave au fond, que ma vie était plutôt chouette puisque je prends des métros doux, et que j'ai quelqu'un que j'aime et qui m'aime, et qui n'est, chaque fois, ni tout à fait le même, ni un autre, qui m'aime et me comprend.

Evidemment, quand je pense à ces matins où je devrais me lever sans lui et me coucher sans lui, dans une ville loin, évidemment ça me fait un serrement là, mais malgré ses deux lettres de moins le serment est plus fort, celui qui avant même d'être prononcé se vit, à fond. Je crois que je le veux vraiment ce concours. Que les six mois de formation ne vont pas m'amuser mais que sûrement ça vaut le coup. Et surtout, que je serai tellement tranquille après. La paix. Alors forcément, je flippe plus que l'année dernière. Quand j'en voulais pas vraiment. Mais en n'en voulant pas, je l'ai eu, alors je fais des raccourcis et des équivalences et je n'aime pas qu'on me dise qu'on est sûr que je vais réussir parce que vous ne savez pas à quel point je ne sais rien. Je dois combler 27 ans de culture générale en une semaine, ça me paraît un peu just. Et devenir bilingue aussi.

Ça fait beaucoup non ? est-ce que, honnêtement, je ne gagnerais pas à dormir comme un chat et à me faire des soirées cocons pour être fraîche et dispose le jour J et embaumer le jury de mon aura paisible ?

Rien ne saurait décrire l'angoisse terrible de ces heures qui s'égrènent les unes après les autres, l'envie de les étirer pour faire toute autre chose, et à mesure que l'heure fatale se rapprochera, les regrets de ces moments passés à ne pas travailler, ces moments où j'aurais pu, en passant, tomber sur cette notion justement qui va me valoir de ne pas l'avoir.
Cercle vicieux. Pervers même. Stop.

inutile de s'en faire

et si je ne l'ai pas je pourrai dormir en paix et me réveiller à ses côtés autant de fois que je le voudrai.
(jusqu'à la prochaine fois)

Tapoté par coxetclem à 17:44 - 1 gentil(s) commentaire(s) - Permalien [#]
Tag(s) vaguement en rapport : ,

Commentaires

    Comme toujours, tu sais vraiment faire passer les émotions. Il faut faire lire ton blog à tes examinateurs !

    Tapoté par Josaudio, 27 juin 2007 à 01:29

Vous êtes arrivés là soit par hasard, soit par un vilain dérapage manuel, soit pour lire les commentaires existants, soit pour en écrire un vous-même. S'il s'agit de la dernière solution, ne prenez pas peur, et tapotez quelques mots, de vos doigts les plus doux, dans le gentil formulaire ci-dessous...