Coccinelle et Clémentine

... et autres personnalités d'une schizophrénie naissante

02 juin 2006

Mind the gap

Londres c'est méga top méga bien méga tout, sauf que ça doit être mieux quand on n'est pas malade et qu'on reste un peu plus longtemps parce qu'on n'a pas d'oraux 20 jours plus tard et qu'on ne met pas 14 heures à faire le trajet retour.

J'y ai vu une petite fille que j'aurais bien voulu kidnapper, elle était toute rose et avait de belles chaussettes rayées, et elle volait. Même sans ailes. Elle était trop forte, c'était un petit angelot sucré et je suis sûre que sa maman est nulle et j'aurais été bien mieux. Je lui aurais donné des bonbons roses et aussi des doughnuts à l'érable (parce que c'est trop bon) et puis des habits jolis, comme un imperméable rouge ou un chapeau de cow-girl.

Mais tant pis.

Les révisions avancent... pas tant que ça. Bon peut-être que ça irait mieux si à la bibliothèque je ne me jetais pas sur internet au lieu de travailler gentiment. [mais bon une addiction est une addiction]

Plus de 4 mois après la rupture (oui, voilà, le mot est enfin lâché), et finalement, seulement deux semaines réellement effectives, avec le côté ' cette fois on n'habite plus ensemble'. Et, à nouveau, l'impression de revivre le moment précis de la séparation, comme s'il se soulignait plus profondément à chaque fois - et ça ce n'est que de mon côté, alors j'imagine du sien.
Et certains jours, quand je suis seule chez moi, j'ai du mal à me faire à l'idée que... je suis seule chez moi. Du mal à me dire qu'il n'y a personne dans la pièce à côté. Et c'est un peu dur, un peu pénible, et en même temps une petite voix sait et me crie que ça me fait du bien, et que j'en ai bien besoin.
Je m'y fais, d'ailleurs, peu à peu.
[Mais quatre ans et demi dans le même appartement, dont trois avec la même personne, forcément ça ne s'envole pas comme ça, sans un battement de cils. En tout cas pas pour moi.]

Je me dis parfois que je comprends pourquoi, par exemple, le copain de ma soeur ne quitte pas sa femme, parce que c'est difficile, que ça demande une énergie folle, de sortir d'un cocon pareil, et que briser les autres de quelques mots, c'est pas ce qu'il y a de plus cool sur terre. Et puis après je trouve ça dégueulasse. Dégueulasse pour ma soeur bien entendu, c'est évident, mais même pour l'autre, à long terme, parce que ça rime à quoi, de choisir de rester avec quelqu'un qu'on ne rendra jamais vraiment heureux ? Quand on le sait, et que l'autre le sait aussi, ou le saura un jour ou l'autre, probablement ?

Bref.

On pourrait croire que j'essaie de me déculpabiliser.
Oh au fond ça doit être un peu ça.
Parce qu'il va se retrouver tout seul dans son nouveau chez-lui ce soir, pour la première fois, et que ça me fait un petit peu peur, et que je ne sais pas si je dois l'appeler ou non, demander si ça va ou non, être là ou non.
[C'était déjà pas facile de quitter un con que je n'avais pas aimé bien longtemps et que j'avais fini par détester - ne pas donner de nouvelles et ne pas en avoir, c'est tout ce que je voulais, et rien ne m'était plus simple - mais là... forcément.]

Hm.
Divagations de blogueuse débile, hm ?

Back to work now, ça vaudra mieux.

Tapoté par coxetclem à 15:34 - 2 gentil(s) commentaire(s) - Permalien [#]
Tag(s) vaguement en rapport :

Commentaires

    Une petite pensée pour vous et vos examens...

    Tapoté par Salut, 16 juin 2006 à 15:06
  • Pfiou

    s'en passe des choses sur ce blog quand je ne suis plus là... Heureusement que je relis, parce que l'espace d'un moment j'ai cru que j'étais un con aimé peu de temps...C'est rassurant de savoir qu'on n'est pas comme ça. C'est peu, mais c'est déjà ça...

    Bye Bye Lady Dame.

    Tapoté par quelqu'un, 26 juin 2006 à 18:04

Vous êtes arrivés là soit par hasard, soit par un vilain dérapage manuel, soit pour lire les commentaires existants, soit pour en écrire un vous-même. S'il s'agit de la dernière solution, ne prenez pas peur, et tapotez quelques mots, de vos doigts les plus doux, dans le gentil formulaire ci-dessous...