Coccinelle et Clémentine

... et autres personnalités d'une schizophrénie naissante

25 novembre 2005

Rush of blood

J'ai jamais vraiment saigné du nez, ou en tout cas très faiblement, jamais comme ça, d'un coup, devant les gens, au boulot, le visage ensanglanté, les mains pour ne pas tacher, la course, l'inquiétude en voyant que ça ne s'arrête pas.

Alors j'ai pensé à Albert, qui après avoir mis le feu à l'école pour aveugles et fait cramer le bébé de Marie et la femme de Jonathan, après être tombé amoureux d'une handicapée moche et conne, après s'être drôôôgué dans la grande ville parce qu'il côtoyait les malfaisants, eh bien après tout ça il s'est mis à saigner du nez et puis ben d'un coup il est mort, là-haut sur la colline avec tous les enfants et Laura, dans une ronde au soleil parce que l'amitié et Dieu c'est quand même le dernier refuge du monde.

matthewl


[Jamais pu comprendre comment plein de filles pouvaient être amoureuse d'Albert. Il est un peu pas joli quand même... Et puis, hein Matthew, il est loin John Cassavetes !]

Il faut que M6 reprenne la diffusion, je suis en manque

Tapoté par coxetclem à 23:56 - 2 gentil(s) commentaire(s) - Permalien [#]
Tag(s) vaguement en rapport :

Commentaires

  • Mais Albert a aussi connu l’amour avec une autre jeune fille moche mais pure, et pas handicapée celle-là. Amour platonique bien sur, puisque en dehors des liens du mariage, c’était, paix à son âme, un garçon bien cet Albert. Malheureusement la jeune fille pure c’est faite violer, et est tombée enceinte. Alors on a accusé Albert, surtout le père de la jeune fille moche qui, bizarrement, n’avait aucune confiance en notre héros, ce futur incendiaire (forcement, il a essayé de fumer dans la grange : c’est bien connu, fumer tue). Enfin bref, pour faire plus court, beau papa a voulu tuer Albert, heureusement Papa Charles est arrivé et l’a sauvé, comme d’hab, il est trop fort, mais pendant ce temps la jeune fille pure que Albert voulait épouser malgré l’enfant impur qu’elle portait se faisait tuer par son violeur qui n’était autre que le gentil et serviable voisin.
    Pauvre Albert… Tout ça pour dire que j’étais de celles qui étaient amoureuses d’Albert (il avait un si joli sourire…), mais j’ai vite déchanté devant tant de pouasse !!

    Tapoté par didi_, 28 novembre 2005 à 11:04
  • Hé hé hé...

    Aaaaaaah, Sylvia... Sylvia qui s'enroule les seins dans du tissu parce qu'ils sont trop gros et qu'ils attirent les garçons... Le masque de clown du violeur, la poursuite horrible dans la grange... Comment on fait pour ne pas être traumatisé après avoir vu tout ça, hein ???

    Bon sinon moi j'ai plutôt été amoureuse de Willy, sur la fin - ceci dit je ne me l'explique pas très bien non plus. Je crois que j'aimais bien son côté "gentil vaurien"

    Mais c'est vrai que, maintenant que tu le dis, Albert c'est la poisse intégrale, comme le jour où il fait une fugue pour retrouver son père naturel et où il arrive pour découvrir... une tombe. *là ça me fait rire mais en fait c'est horrible*

    Tapoté par Stella K, 28 novembre 2005 à 11:26

Vous êtes arrivés là soit par hasard, soit par un vilain dérapage manuel, soit pour lire les commentaires existants, soit pour en écrire un vous-même. S'il s'agit de la dernière solution, ne prenez pas peur, et tapotez quelques mots, de vos doigts les plus doux, dans le gentil formulaire ci-dessous...